Joueb.com
Envie de créer un weblog ?
ViaBloga
Le nec plus ultra pour créer un site web.
Débarrassez vous de cette publicité : participez ! :O)

The end

Voilà. J'hésite encore à dire la vérité. A annoncer clairement le ton, une bonne fois pour toutes.

Parce que ça fait peur, quand même, de rayer presque un an de vie, sur un coup de tête. Mais avouons que je ne peux plus vraiment continuer ; j'en ai assez, je pense.

Enfin, rayer, c'est un grand mot. Tout de même, si. C'est enfin dire que la vie n'est pas. Pas là.

J'ai juste peur ; je n'ai pas de culpabilité, de honte, de remords, ou quoi que ce soit d'autre. J'avoue que j'appréhende peut-être un peu les réactions extérieures, parce que j'ai, je dois dire, très bien joué le jeu. Jusque dans les moindres détails. Certains auraient pu s'en douter, parfois, à cause de quelques petits dérapages, quelques indices malencontreusement laissés ça et là.
En fait, si j'ai peur, c'est de la surprise. De la considération que l'on pourra porter sur moi. Sur celle qui a feint de vivre tout cela. Parce que cette autre, vous la connaissez.


Allez, je cesse enfin de tourner autour du pot. Je vais enfin dire que j'a déjà failli dire plusieurs fois, failli écrire, ce qui commençait à me peser aussi, parce que ce n'est pas facile, d'entretenir une vie autre que la sienne.



Je n'existe pas.
Voilà, c'est dit.


Enfin, "je", le "je" qui était censé exister ici. Vous voyez, malgré moi, je ne vais pas droit au but, je fais des détours...

Viva n'existe pas.
Elle n'a jamais vécu. Sauf par ma plume.
Elle n'a jamais parcouru les rues de Paris, vous ne risquez pas de la croiser à la Sorbonne ou à Barbès, à Saint-Germain ou dans le Marais.
Ce n'est qu'un être de lettres, justement, un l'être, un lettre, une lettre, qui a pris forme ici.
Je ne suis pas Viva et ne le serai jamais. Tant mieux, tant pis, peut-être.

Oui, ce fut un beau jeu. Un très bel exercice de style, auquel j'ai pris infiniment de plaisir. Quel bonheur, en effet, que d'écrire au "je" une histoire que l'on ne vivra jamais, mais qui nous semble devenir sienne, par le simple biais des mots. Une histoire qui prend forme au su et au vu de tous, et qui peut en plus, recevoir des réactions, des avis.

Ce n'était pas du mensonge. C'était juste une création, si je peux utiliser ce terme sans qu'il paraisse trop pompeux.

A vrai dire, je suis assez heureuse d'avoir partagé cela avec vous.
Parce que mes écrits auront vécus, et ils m'auront permis de voir que mine de rien, l'imaginaire fait vivre, encore un peu. Qu'il n'a pas tout à fait disparu. Que l'on peut rendre heureux par des mots. Qu'écrire est un moyen si beau de véhiculer des émotions, de faire vivre à d'autres des moments qu'ils n'auraient sans doute pas rencontrés.
Que les sentiments peuvent être vécus par des mots, parfois.

Car oui, parfois, je me suis prise au jeu, et j'ai relu certains articles. Et je me suis laissée porter, moi aussi. N'allez pas croire que je suis en train de me jeter des fleurs, surtout pas. C'est juste que j'y ai pris plaisir.
Au moins, cette expérience fut riche d'instant de bonheur, ces moments où l'on est si bien à écrire, où les mots viennent tout seuls, et fusent sur le papier, simplement.

Je ne crois que cela ne fut pas pour rien.


Alors, je voudrais, avant de tourner la page, si je puis dire, remercier les lecteurs. Parce que mine de rien, c'est grâce à vous que j'ai continué au fil des mois cette écriture, qui fut comme un épanouissement pour moi. Ben oui, c'était une forme de reconnaissance de la plume, reconnaissance de la forme que peut prendre mon imaginaire. Et ça m'a fait chaud au coeur, de nombreuses fois, de constater à quel point certains d'entre vous ont pu être transportés.

Merci.
Vraiment.

Toutes mes excuses à ceux qui auraient voulu 'connaître la suite'...
Il y a des moments où il faut savoir s'arrêter.


A présent, je vous laisse deviner qui je suis.

Parce que oui, parfois, en étant extrêmement attentif, on aurait pu constater, par quelques glissements, des confusions de dates, de lieux, que tout ceci était factice. Mais je crois que je n'en aurais pas été moi-même capable, si j'avais simplement lu, et non rédigé, tout cela.
Alors, je tiens à dire que si quelqu'un s'en était douté, je lui tire mon chapeau. Sincèrement. Avec toute mon admiration.

Vous aviez bien dit que cela ressemblait parfois "à du cinéma"...





Ecrit par Viva, le Vendredi 24 Juin 2005, 18:10 dans la rubrique Actualités.

Commentaires :

Cabotine
Cabotine
24-06-05 à 18:21

C'est vrai que parfois ça semblait trop beau pour être vrai...
Je t'en veux pas, on m'a déja fait le coup, et puis ce serait bête, parce que quand même, même si c'était faux, c'était quand même beau.

Juste un gout amère de me dire que finalement non, les belles années fac comme tu les vivaient n'existent peut-être pas en vrai... Je verrais ça par moi-même!

Alors, bin merci pour les jolies histoires. Tu devrai penser à écrire un bouquin, ça marcherait bien je pense ;)


 
Cocktail
Cocktail
24-06-05 à 18:42

Douter. Non. Pas réelement.
Peut-être, une fois ou deux. Je me souviens d'en avoir parler à ma meilleure amie. Après avoir lu un article magique. Je lui avait raconté comment des gens vivaient des trucs fabuleux, des sensations que je n'avais pas soupçonné exister. Et elle m'avait fait douter.
Mais tu ne peux pas savoir si c'est vrai. Et si ça se trouve, c'est complétement fictif.

Oui. J'avais douté.
Mais tellement de détails, de choses qui semblaient vraies. Que j'ai remballé mon doute.

Qui est peut-être revenu vers la fin. Il y a un peu plus d'un mois.
En lisant un article à propos de tes sentiments envers Eloi.
Là, je me suis dit que c'était bizarre. D'avoir une vie comme la tienne. Ou il se passe toujours plein de choses. Dont une chose "importante" toute les semaines. A chaque fois que tu écrivais un nouvel article.
Mais, pourquoi douter ?
Après tout, comme tu le disais. Tu ne racontais que ce qui en valait la peine. Pas l'ennui, le quotidien. Le reste.

Juste, je me demandais.
Viva n'a existé qu'ici.
Mais toi, as tu une vraie vie que tu aurais racontée quelque part ? Sur joueb ou sur une autre plate-forme. Car oui, à un moment, au début, quand tu as commencé à écrire. Et quand on m'a fait douté. Je me suis dit que, peut-être, ton écriture aurait pu ressembler à une autre que j'avais déjà croisée.

Alors, je voulais juste savoir. Même pas connaitre ton pseudo.
Non. Juste savoir si, par hasard, ta "vraie" vie avait pris (prend) forme à travers d'autres mots, sur d'autres pages.

:)


 
Qui?
24-06-05 à 18:46

Feu ?
Voilà mon soupçon, j'en ai eu l'impression, parfois.

 
Cocktail
Cocktail
24-06-05 à 19:01

Re:

Oui.
Moi aussi. Depuis les premiers articles, j'me suis dis. Feu écrit un peu de la même manière. Les mots. La façon de ressentir certaines choses.
Mais. Les gens peuvent avoir les mêmes mots, aussi. Alors...

Et puis.
Oui. Je viens de regarder. Les mêmes périodes d'absences.
Alors, peut-être.

En tout cas, Feu, si ce n'est pas toi, je te présente toutes mes excuses.
Et puis, si c'est toi. Et bien.
Rien.

Car oui, je ne l'ai pas écrit dans mon commentaire précédent.
Mais, finalement. Ca ne change pas grand chose. Vrai ou pas.


 
neowitch
neowitch
24-06-05 à 19:00

J'avais cesser de laisser des commentaires! Je n'y croyais plus a tout ça!

J'ai même penser que tu te servais de bouquins pour ecrire cela!

Je me demandais quelle âge tu pouvais avoir...

En tout cas une chose me rassure tu n'est pas la garce qu'est devenue Viva!

J'espere que tu continuera a ecrire encore sur viva, ou toi ou une autre "creature"...!

Etant une parisienne...

Bonne continuation a bientôt et BRAVO!

 
Cabotine
Cabotine
24-06-05 à 20:42

Re:

Feu oui, pourquoi pas... Après tout, je confondais les deux au début, parce que la mise en page verte. Et puis son dernier article, aussi.
Je me range à ton avis, Coktail.

 
Dezk
Dezk
24-06-05 à 21:21

Pour moi, peu importe qui est vraiment l'auteur(e) de ces pages.

L'imposture est belle. Très.
J'admire la personne qui a pu produire tout cela, sans jamais rien laisser paraître, jouer le jeu jusqu'au bout, jusqu'à la finition extrême. Qui a créé tout cet univers, qui pendant quelques mois, nous a fait rêver à sa manière. Par des textes et des mots forts, des images qui enivrent, des visages qui hantent.

Alors, c'est à moi de tirer mon chapeau.
Qui que ce soit.
Après tout, et alors, dira-t-on.

 
Etoile-Filante
Etoile-Filante
24-06-05 à 21:45

Re:

C'était comme au cinéma. Mais pourtant, j'y ai cru.
Et j'avoue qu'elle va me manquer. Viva.       :)


 
Paradoxa
24-06-05 à 23:15

Chapeau l'artiste

Avec Rêveuse, c'était unde nos sujets de conversation : estce rvai ou pas ? Et plus le temps passait plus... Mais on évitait toujours de se dire "non c'est pas vrai".
La magie.
Dîtes voir, Mademoizelle/Monsieur, vous songez publier ? Parce que si c'est non... Faut y songer ;)

Bravo pour tous ces beaux moments.

Et Viva La Vie !

 
Qui?
24-06-05 à 23:27

moi je l'ai vu. car étant étudiante je sais que les dialogues que tu rapportais au style direct n'étaient clairement pas des dialogues que des étudiants normalement constitués peuvent avoir entre eux: ils n'étaient pas naturels franchement...
mais j'ai souvent vu des commentaires très enthousiastes à ton propos, et pour cela, je ne peux que te tirer mon chapeau.
bye bye viva

 
Qui?
25-06-05 à 11:11

Je te lis depuis des mois, pourtant je n'avais jamais laissé de commentaires. Je me contentais de lire les commentaires laissés par d'autres, qui étaient toujours à peu près les mêmes.
Je ne me disais pas "ô c'est tellement beau" ou au contraire "c'est faux, tout est faux". J'avais plutôt l'impression que tu enjolivais enormement "ta vie", que tu te racontais des histoires à toi même, que tu affabulais sans t'en rendre compte.
En ce sens, j'avais presque même de la peine pour toi.
Et finalement, savoir que tout était réellement faux, je ne peux dire que bravo.
Bravo pour l'imposture.
Bravo pour le style (qui je dois l'avouer, m'exasperait parfois, ne collant pas, à mon sens avec l'image d'une étudiante pleine de vie)
L'indice qui en effet me faisait penser à une imposture était les dialogues rapportés (mentionnés dans un commentaire précédent) car si nous pouvions imaginer que toi, tu étais réellement comme ça, il était plus dur de se dire que tout les gens qui entouraient s'exprimaient de même...
voilà commentaire un peu long je sais
bizoux,
louve 92

 
emberlificoteuse
emberlificoteuse
25-06-05 à 11:41

Hum.


'Ne sais pas trop quoi dire.

C'était Beau, en tout cas.

Oui y'a eu les doutes, les dialogues "sublimés", les scènes tellement surréalistes que ça faisait douter, ces bouts de vie comme au cinéma.
Pareil, retrouver parfois du style de Feu là-dedans. *intriguée de savoir si...*

Mais y'avait cette flamme au fond, là derrière, ces mots qui entraînaient, qui tourbillonaient l'âme et je me joins aux autres, magnfique imposture. Ca a dû être beau, à écrire, à vire, tout ça.

Vraiment, j'ai aimé.

Pas de déceptions, ni rien.
Tu t'es amusée, tu t'es fait plaisir et tu nous as fait vivre de belles choses. C'est l'important.


[Ca donne envie de faire de même :]


 
emberlificoteuse
emberlificoteuse
25-06-05 à 11:45

^^



mwa :)

"Tu sais...

Tu sais, des fois je croise presque que tu inventes, que tu imagines, que tu rêves, que tu fabules... Tout s'enchaîne comme dans un rêve. Savoure Viva, savoure...


Repondre a ce commentaire



Viva

25-04-05 à 14:10Re: Tu sais...
J'ai parfois aussi la sensation de vivre un rêve éveillé. Mais si tout ceci paraît fabulations, sans doute est-ce parce que je ne raconte ici que les moments forts de ma vie, je parle peu du quotidien qui m'effleure tout juste. Alors, oui, je savoure, comme tu le dis joliment... "


Huhu ^^.

 
-Katagena-
-Katagena-
25-06-05 à 12:05

J ne peux que me joindre aux autres pour saluer l'imposture...Avec Samhradh nous nous demandions souvent si c'était faux ou vrai, toutes ces toiles de vie, avant de conclure que ça n'avait pas la moindre importance.
Ces moments étaient d'une beauté rare, racontés avec un talent évident, un emerveillement lorsque je les lisais,  voir même relisais, deux fois, trois fois le même article. Ils devaient être merveilleux à écrire, aussi. :)
Alors bonne continuation petite miss! Et encore merci.

 
Samhradh
Samhradh
29-06-05 à 21:06

Re:

katagena a parlé juste pour moi, je ne rajouterais rien (oh et puis si!), je me suis des fois dit que ma vie n'était pas franchement palpitante mais maintenant que je vois que tout est fictif, je me dis que toi aussi, la tienne ne te suffisait pas ;) c'était un beau procédé, et ça nous a fait passé de bons moments, alors Merci!

 
Philomene
Philomene
25-06-05 à 18:51

Comme Paradoxa, je pense que tu mériterais d'être éditée. Il faudrait mettre sur papier tout ça, on s'en fout que ça ait pas été ta "vraie" vie. Après tout, même si certains racontent leur quotidien et d'autres pas, ce qui se passe sur internet n'est jamais vraiment la réalité, les faits exacts. Parce-qu'on ne peut pas être objectif en écrivant son histoire, parce-que c'est la nôtre ( ou celle de son personnage ) et surtout parce-que les blogs sont faits pour qu'on puisse y donner notre avis. Ca serait terriblement ennuyant de lire des blogs se contentant de rapporter bêtement les faits. On est pas à la police !
Et c'est bien je trouve, qu'il y ait des gens comme toi qui inventent et qui y prennent du plaisir et qui font autant rêver parce-que toi, tu m'as vraiment fait rêver.

En tout cas, bravo pour l'imposture. Je doutais un peu par moment, mais surtout vers la fin. Les derniers articles...je ne sais pas, c'est dur à expliquer. Pressentiment ou instinct féminin.

Bon continuation, je sais que tu continues et vas continuer. Et m1erci pour la révélation. Après tout, ç'aurait été facile de disparaître sans donner d'explications, non ?
  

 
C-C
C-C
25-06-05 à 18:52

D'un côté je suis surprise et je me dis "Mais comment peut on inventer autant d'histoires et surtout dans quel intérêt ?"

D'un autre côté, je me dis aussi que parfois c'était trop "gros" pour être crédible, surtout quand tu restituais "de mémoire" des conversations avec des personnes de "ton" entourage.

Malgré tout tu as plusieurs mérites. Le premier est bien sûr d'écrire très bien. Le deuxième c'est d'avoir su trouver les mots pour faire réagir les gens, avec tes récits d'une vie sentimentalement incroyable, à tel point que parfois je comparais ça à mon quotidien si banal...

Dernière constation : le net regorge vraiment de mythomanes ! Bon je plaisante là, puisque tu nous dis bien que ce que tu décris n'est pas ta vie, mais un récit imaginé. C'est étrange, mais le principe des journaux intimes est de parler de soi. Ecrire sur un soi imaginé c'est écrire un roman et cela n'a plus rien à voir...Comme quoi finalement, un journal intime ferait mieux de rester intime...A différents degrés, tous les "jouebbeurs" risquent de déraper et de ne pas raconter la pure "vérité". C'est d'ailleurs un débat intéressant. Même quand on raconte sa vraie vie, le fait même d'écrire modifie les événements, en les embellissant ou en les noircissant. L'objectivité n'existe pas quand on parle de choses qu'on vient de vivre, parfois il faudrait le recul nécessaire pour voir les choses telles qu'elles l'étaient vraiment !

Bref, je vais m'arrêter là, j'ai pris beaucoup de plaisir à te lire, merci de nous avoir fait voyager au gré de ton imagination et n'hésite pas à écrire dans le but de te faire publier, à mon avis il y a un gros potentiel !